Recherche

LA ROCHELLE DEBOUT

Catégorie

Ateliers

ATELIER CONSTITUANT – 2 Juin 2016 – 18h30

Tentative de ré-écriture de notions inscrites dans la constitution.

Sujets :
→ Le statut du mandaté → La laïcité

1) Le statut du mandaté (le mandaté est toute personne représentant d’autres personnes et rémunérée pour cette fonction – cette notion reste encore à spécifier).
Il est nécessaire de limiter les avantages et privilèges matériels dont bénéficie le mandaté pendant et après son mandat. La rémunération doit donc être correspondante à celle des personnes représentées.

À fin que le mandaté ne sorte pas complètement du monde réel du fait de ses nouvelles fonctions, il est nécessaire d’établir une période de transition pour l’entrée en fonctions et à la fin du mandat également.
Les lieux de décisions doivent être décentralisée pour correspondre au mieux à la zone d’action du mandaté.
Afin d’éviter tout cumul des mandats le mandaté peux cumuler un mandat politique associatif ou privé si celui-ci concerne la même zone d’action.
Il ne peut être élu que sur la base d’un programme défini avant son élection/nomination.
Le mandat doit tous les ans diffuser le bilan de ses actions et, pendant un certain laps de temps suivant cette diffusion, ses électeurs peuvent le révoquer si le programme n’a pas été respecté ou si la situation impose un changement de mandaté.
Il est nécessaire qu’une personne mandaté garde les pieds sur terre c’est pourquoi il est nécessaire de lui imposer un repos de deux jours par semaine.

La laïcité repose sur trois principes : la liberté de conscience et la liberté de culte, la séparation des institutions publiques et des organisations religieuses, et l’égalité de tous devant la loi qu’elles que soient leurs croyances ou leurs convictions.
La laïcité garantit aux croyants et aux non-croyants le même droit à la liberté d’expression de leurs convictions. Elle assure aussi bien le droit de changer de religion que le droit d’adhérer à une religion.

Elle garantit le libre exercice des cultes et la liberté de religion, mais aussi la liberté vis-à-vis de la religion : personne ne peut être contraint par le droit au respect de dogmes ou prescriptions religieuses.
La laïcité suppose la séparation de l’Etat et des organisations religieuses. L’ordre politique est fondé sur la seule souveraineté du peuple des citoyens, et l’Etat —qui ne reconnaît et ne salarie aucun culte— ne se mêle pas du fonctionnement des organisations religieuses.

De cette séparation se déduit la neutralité de l’Etat, des collectivités et des services publics, non de ses usagers.
La République laïque assure ainsi l’égalité des citoyens face au service public, quelles que soient leurs convictions ou croyances.

La laïcité n’est pas une opinion parmi d’autres mais la liberté d’en avoir une. Elle n’est pas une conviction mais le principe qui les autorise toutes, sous réserve du respect de l’ordre public.

ATELIER : Loi Travail – 5 juin 2016 – 17h

Ce compte-rendu n’est composé que de citations individuelles de personnes

participant au cercle de paroles. Elles ne sont en aucun cas un avis partagé de

tous.

L’atelier se tourne vers des extraits des la Loi El Khomri. Nous lisons les

articles à voix haute et laissons le débat libre ensuite.

1Ère lecture

: article sur les licenciements non justifiés

→précarisation, libéralisme, capitalisme…

:

 

2ème lecture

: Accidents et maladies

→ citation de la métaphore du mouton

→ évoque le problème des banques et des moyens d’échanges, qui reposent sur la

confiance

→ Désastre du capitalisme

:

monnaie locale

: ne prend pas à Rochefort à cause des grosses entreprises qui

refusent de participer, à l’inverse des petits commerçants qui jouent le jeu mais ça

ne grossit pas.

Mais cette monnaie locale servira le jour où la bourse s’effondrera

– il faut lâcher le système pour en attraper un autre. D’ici là il faut montrer qu’il y a

mieux, qu’un autre système est possible et est tout près.

– Problème de territoire

?

– Comment est financé le système de soin

Notre système de soin est de faire une caisse commune et de piocher dedans quand

on en a besoin.

→ En principe, le système est bon. Mais pas en pratique. D’où le fait

de se tourner vers le contrôle des pratiques.

:

»

– Les abus

Le scandale des opérations de l’appendicite avant 1980

Quand

j’étais enfant, 1 camarade sur deux se faisait enlever l’appendice dès qu’il avait mal

au ventre ( pareil pour les amygdales ). C’a a été un abus phénoménal des

médecins

temps.

: on recherche toujours plus confortable depuis la nuit des

→ L’école formate

aveugle. Alternatives

: à la compétitions, aux inégalités, la productivité, à l’obéissance

?

Ecole à la maison

?

(Ne pas lâcher cette avancée sociale pour autant, l’école est encore une fois en

pratique quelque chose de génial car tout le monde ne peut pas éduquer ses

enfants )

Mutualisation des savoirs à l’échelle d’un village par exemple ?

→L’évolution qu’on fera dans notre système c’est l’évolution qu’on fera dans notre

tête.

3Ème lecture

prévention.

: Examen médical devenu examen d’information et de

→ Témoignages

:

« «

»

quand je passais l’examen médical, cela me permettait de refuser des

boulots qui faisaient bouger le dos car j’ai 3 hernies discales.

Lorsque je travaille sur un bureau toute la journée, j’ai des douleurs au

coude pendant des heures. Je ne pouvais pas avoir d’aides tant que je n’avais

»
« la visite dépend du médecin »

«

pas de réel problème.

J’ai travaillé pendant un long moment en tant que fonctionnaire puis je suis

passée en libéral. Quand j’ai eu un accident grave, je n’ai pas pu recevoir de

cotisation journalière, alors que j’avais cotisé comme tout le monde et que je

ne pouvais plus travailler correctement. J’ai été obligée de continuer malgré la

douleur et je gagnerai 600euros de retraite..

»

– Une personne en libéral est un peu plus libre que les salariés ou

fonctionnaires. Donc ils ne peuvent pas les mettre aussi bien au pas. «

En tant

que fonctionnaire, je suis protégée, je suis indemnisée si je m’arrête, j’ai des

vacances mais je suis contrôlée, j’ai des horaires fixes que je dois tenir..

Deux systèmes

ils deviennent des escalves.

:

1 libre et 1 sécurisant, les gens préfèrent le sécurisant et donc

Les retraites des libéraux sont mal gérée. Les artisans par exemple payent

leurs cotisations sur 3 ans. Donc en 2016, ils vont payer celles de 2013. Autant

dire que s’il y a un écart à la baisse des recettes, c’est la galère

»

!

L’holacratie

: modèle de hiérarchie dans l’entreprise qui se passe de chef

– Isolement dans l’entreprise

: on nous isole des autres pour ne pas s’unir.

– Aspect financier comme seul gestion de l’entreprise.

ATELIER CONSTITUANT – 19 MAI 2016 – 19h

Agora « Nuit Debout », au Gabut à La Rochelle

Présents : Alice, Erwan, Suzanne, Mathis, M élissa, Julien, Adèle, thibault, Michel, Cédric, Elodie, Anthony, Gérard, Thérèse, Anthony, Guigui, Coralie..
Cédric Thévenon étant malade, Coralie anime l’atelier.
Rédacteurs : Cédric Arlabosse ((groupe 2) et Coralie (groupe1)

  1. Présentation de l’atelier et tour de parole
    Définition d’un atelier constituant : c’est un atelier relatif à la Constitution de la Vème république de la France. Qu’est ce que la Constitution ? C’est un outil majeur qui définit les conditions de la gouvernance et de la gestion d’une nation. Ce sont les règles qui s’imposent à ceux qui ont en charge le bon fonctionnement des affaires du pays : les gouvernants, la justice, la police, l’armée… tout ce monde obéit à la constitution. Les ateliers constituants sont donc des exercices pratiques pour nous entraîner à écrire cette constitution de manière réellement démocratique, ensemble.
    Coralie propose la méthode des petits groupes car elle permet à chacun de pouvoir vraiment participer à l’élaboration d’un article, à une réflexion sur un sujet donné. Un seul groupe mérite une place plus importante au débat et souvent aucun article n’est écrit. Après un tour de parole pour se présenter et discuter, on décide de faire plusieurs petits groupes.
  2. Enumération des sujets sur lesquels on souhaite faire l’atelier ◦ L’indépendance de la Justice
    ◦ Le droit des Animaux – 4 pers
    ◦ Le domaine d’application de la constitution


◦ Création et souveraineté monétaire

J’ai laissé mes notes sur le tableau de l’agora… si quelqu’un les a récupérées… merci d’avance.
Participants : Elodie, Guigui, Suzanne, Coralie

1. Interdiction de la maltraitance 2. Responsabilité
3. Elevage, abattage

Participants : Alice L, Antony, Anthony, Cedric A, Gérard D et Thérèse B.

Pour cet atelier, nous avons pris le cas concret de la méthode de coopération vécue au sein du collectif « Nuit Debout ».

L’apprentissage de la coopération (cas concret

: l’organisation à Nuit Debout LR) – 6 pers

SUJET

1 : Le droit des Animaux

SUJET

2 : Apprentissage de la coopération

Des constats d’indignations aux pistes d’évolution, les contenus des discussions sont décrits ci- dessous :

Circulation de l’information :

La carte du monde affichée est déchirée : un participant trouve que c’est un manque de respect pour le bien commun, et ne se reconnaît pas dans la manière dont les choses tournent.
En fin d’atelier, nous apprendrons que ce sont le vent et les infiltrations d’eau qui ont provoqué ces dégâts : par manque d’information, des suppositions naissent, et l’incompréhension et le jugement apparaissent : il faut soigner la circulation de l’information.

Prises de décisions collectives:

Frustration exprimée quant au choix des actions faites. L’idée d’un blocage du pont de l’île de Ré a été proposée en AG mais n’a pas été retenue. Selon le proposant, les priorités sont de faire des actions, et pas de monter des palettes.
On constate que les 2 axes sont complémentaires, et pourraient avoir lieu de front, mais il faudrait pour cela être plus nombreux : le manque des monde incite à ce que tout le monde participe au chantier retenu, ne permettant pas à chacun d’aller là où il le préfère.

D’autre part, le proposant d’une action devrait pouvoir expliquer aux autres la motivation de l’action, et accepter les contradictions qui lui seront apportées pour pouvoir y trouver ensemble des solutions, au lieu de les prendre pour des sources de conflit.
Enfin, la garantie de l’éthique et de l’image du collectif imposent de faire des choix qui ne peuvent pas toujours répondre à toutes les envies : chacun est libre de faire l’action qu’il veut à titre individuel, mais l’engagement de l’image et de la responsabilité d’un collectif imposent une concertation et une méthode de prise de décision collective. Dans tous les cas, il est important d’expliquer au proposant les raisons du refus de l’action qu’il a proposée.

Cadre ou non cadre ?

Si chacun fait ce qu’il veut, c’est de l’individualisme, et il n’y a plus besoin de constitution.
Mais s’il y a constitution (par besoin d’un cadre), celle-ci doit « s’imposer » à tout le monde.
Pour cela, il faut que les personnes qui devront respecter ce cadre soient écoutées lors de l’élaboration du cadre. De plus, celui-ci se doit d’être évolutif, afin de pouvoir s’adapter à la réalité et aux retours d’expérience du terrain.
L’exemple est donné des sports collectifs ou jeux de société : c’est grâce aux règles qu’on peut jouer ensemble sans se taper dessus ni se faire mal.

Communication :

En cours d’atelier, on vient nous dire qu’à côté certains travaillent, pendant que d’autres ne font rien : A la question « pourquoi vous ne leur dites pas à eux », réponse est faite qu’ils risquent de mal le prendre. On touche là un point important dans un projet collectif : « comment pouvoir tout se dire sans risquer le conflit issu des susceptibilités ? »

Le rapport à l’alcool est évoqué, car celui-ci ne facilite pas toujours la bonne écoute ni les bonnes réactions.
La communication bienveillante est aussi citée, avec quelques règles simples, qui pourraient écrites sur une charte relationnelle et comportementale, afin que chacun puisse consulter les règles du jeu.

Comment s’entendre quand on s’écoute ?

Lors des discussions en cercle, on a souvent du mal à entendre ou à exprimer nos sentiments ou pensées. Des gestes ont été proposés, mais ils varient en fonction des collectifs. Il est proposé de

prendre la langue des signes officielle comme référence commune à toutes nos assemblées publiques. Des pratiquants de la langue des signes sont donc recherchés pour réfléchir à cette possibilité, et amener les 1ers gestes utiles (d’accord, pas d’accord, silence svp, déjà dit, hors sujet, abrège, etc.)

Comment soigner l’image du collectif ?

– Questionnement sur le bien-fondé de bloquer les axes de circulation : des étudiants sont arrivés en retard à leur examen et doivent refaire une année complète. Besoin de consulter les compte- rendus de réunions et l’expérience de terrain pour comprendre comment a été décidée cette action. Attention également aux autres structures qui pourraient se servir de « Nuit Debout » comme bouc émissaire d’éventuels débordements.

– Nuit Debout peut paraître « violent » ou « agressif » à certaines personnes de l’extérieur : les médias font circuler des images pour semer de la peur, et les gens ont peur de ce qu’ils ne connaissent pas : besoin de prendre conscience du regard extérieur et de faire preuve de pédagogie pour faire découvrir l’objectif de « Nuit Debout », de tenir le lieu propre, et de corriger en interne les éventuels débordements des participants qui feraient naître une mauvaise image du collectif.

Article de constitution :

-Par manque de méthode et de temps, nous n’avons pas réussi à extraire un article de constitution à partir de cette réflexion : nous laissons donc cette matière comme base pour continuer cette réflexion en vue de l’évolution de la démocratie interne du collectif « Nuit Debout », et pour l’écriture d’un futur article de constitution.

Atelier féminisme – 25 Mai – 18h

Introduction

1) C’est quoi le Féminisme ?

2) On en est où en matière d’égalité ?

3)Pourquoi les mouvements sociaux doivent-ils être féministes ?

Est-ce que la volonté de faire un groupe féministe reflète la pensée que certaines femmes

se croient « mieux » que les hommes ?

– Non, c’est la possibilité pour tous les individus de sortir des rôles implicites qu’impose

la société machiste. Le sexisme, c’est l’oppression de l’ensemble des hommes et des

femmes par la société patriarcale et machiste.

– Pourquoi le féminisme est-il nécessaire

? parce qu’il y a un problème, général mais si bien

caché et intégré depuis des siècles, que peu de gens en sont conscients. Aujourd’hui

l’égalité entre hommes et femmes ne va pas de soi, les femmes sont globalement toujours

les plus opprimées, dans tous les domaines de la vie.

– Un mouvement est nécessaire car les femmes, dans leur grande majorité, n’osent pas agir individuellement. C’est pourquoi il existe souvent une contradiction entre ce qu’une femme revendique au sein de son mouvement et ce qu’elle ose faire ou dire chez elle ou dans sa vie de tous les jours.

– Il ne faut pas oublier que les droits élémentaires et fondamentaux de divorce ou de vote

n’ont été acquis que très récemment en France

– beaucoup d’hommes dans le monde n’ont pas de droits

– ne pas focaliser sur les différences physiques entre les sexes car il y a parfois plus de

différences entre deux hommes ou de femmes qu’entre un homme et une femme.

– Question à se poser : pourquoi, dans les mouvements Nuit Debout, les femmes sont-elles

partout sous-représentées ?

le féminisme doit être un mouvement émancipateur, pour accélérer les prises de

conscience et l’évolution des mœurs, exemples la pub a encore beaucoup de slogans qui rabaissent la femme au rôle d’objet esthétique, domestique ou sexuel, trop de tâches sont encore officieusement laissées au femmes, y compris à Nuit Debout La Rochelle (cuisine, vaisselle, ménage) et certaines tâches leur sont tacitement refusées, comme par exemple la construction ou le bricolage, trop de blagues misogynes ont encore cours et doivent être supportées par les femmes qui veulent s’intégrer là où elles ne sont pas majoritaires

trop d’idées préconçues sont encore dans les mentalités en ce qui concerne la liberté

sexuelle ou même la liberté de draguer qui elle souhaite pour une femme, on se

félicite que son ado ait une copine, même si cela change souvent mais on a peur que

notre fille fasse de même, et du qu’en dira-t-on

trop d’inégalités persistent dans le langage, il y a encore énormément de métiers qui

n’ont pas de forme féminine reconnue.

il faut aussi que les femmes se réveillent et acceptent de prendre des initiatives et des

risques pour revendiquer, dans la vie de tous les jours, leur droits au respect, le partage

équitable des tâches et pour exiger de récupérer la liberté qu’on leur a prise.

– Pourquoi l’ancien schéma est-il encore appliqué par certains ados ? Parce qu’ils ont

grandi dans un société patriarcale et machiste. Dans encore beaucoup d’écoles et de foyers

on ne demande pas la même chose aux garçons et aux filles…

beaucoup d’hommes n’imaginent même pas les risques que doivent encore prendre les

femmes qui veulent par exemple, se promener seule la nuit, quelque soit leur âge.

– pourquoi y-a-t-il encore beaucoup moins de femmes en politique

double vie, au travail et à la maison, les femmes n’ont pas de temps pour le reste, et les

Les femmes veulent pouvoir faire les choses autrement, elles veulent que ce ne soient plus ? Parce que, avec leur retraitées, qui sont de la vieille génération, n’osent pas se faire entendre…

les valeurs dites masculines qui priment dans les décisions, exemple la violence lors des

manifestations

-Les facteurs facilitant pour ce nouveau monde s’appellent RESPECT POLITESSE

PARTAGE

En ce qui concerne la galanterie, certaines femmes se sentent rabaissées par ces

démonstrations, de même que le fait d’être sur-protégée par leur père ou par d’autres

hommes qui veulent jouer ce rôle.

– Mais l fait de tenir la porte à une femme pour entrer quelque part est juste, pour moi, une

marque de gentillesse. On veut faire plaisir mais pas du tout rabaisser.

Atelier non violence – 16 Mai – 18h

→ Jeu de rôle autour de la non-violence lors d’un exercice de résistance face aux forces de l’ordre.
Le jeu est composé de deux équipes, la première étant les militants, l’autre les forces de l’ordre. L’objectif est pour les militants de protéger un espace ( la surface d’un tapis ) sans utiliser la violence. Pour la police, le but est de les sortir de la zone le plus vite possible, maximum 30 minutes.

→ Les militants bénéficient d’un temps de préparation où ils vont élaborer un plan ( mêlée des corps au sol, accrochage avec des cordes.. )

→ C’est parti ! L’équipe de militants a décidé de se tenir au sol autour d’une table, deux d’entre eux sont chargés de parler aux forces de l’ordre pour les retarder. Ils discutent, rigolent et tentent de les déconcentrer. Mais au bout de 5 minutes, les forces de l’ordre prennent les choses en main et commencent à charger sur le tas de militants. La confrontation dure 10 à 15 minutes, tous sont embarqués au commissariat.

Les parties s’enchaînent, essayant toujours une tactique différente. Ça ne marche pas forcement mais tout le monde rigole beaucoup.

Après cette session de force ( car tout le monde est très essoufflé, preuve de la force physique que requiert le militantisme ! ), on commence les interrogatoires de garde à vue. Tout le monde y passe, Guigui ayant pris le rôle de l’interrogateur.
Demande d’avocat, il défend son client comme il peut face aux accusations. Une mère et sa fille jouent sur le manque de connaissances juridiques de la police.

Nous terminons l’atelier en offrant un café à tout le monde.

Atelier Ecole rêvée – Mardi 10 Mai – 18h00

NUIT DEBOUT  MARDI 10 MAI : l’école rêvée

« Si quelqu’un rêve seul, ce n’est qu’un rêve. Si plusieurs personnes rêvent ensemble, c’est le début d’une réalité » aurait dit l’architecte Viennois Hundertwasser.

Et l’architecte dit encore : « Ce dont nous avons besoin, ce sont des obstacles de beauté;ceux ci se composent d’irrégularités non maîtrisées.Et ces irrégularités non maîtrisées consistent soit en végétation spontanée, soit en créativité individuelle ».

Présentation du groupe et du projet école rêvée.

Mme X. a réalisé un plan de l’école rêvée et nous parle de son enfance dans un « quartier populaire » de la région parisienne, de ses enfants aussi et de son expérience des relations parent-professeur. L’école rêvée dessinée est un espace rond très lumineux ( une coupole transparente au centre) ; les tables des enfants sont en rond autour de la coupole. Les fenêtres et les baies,   partout, donnent sur des coins de verdure, de diverses formes pour éviter la monotonie ou l’enfermement dans une forme conventionnelle. Le lieu permet la circulation. « La forme ronde rassure » , nous dit-elle. Cette dame est aussi préoccupée par les collèges, qui pêchent par leur gigantisme et leurs architectures bétonnées et rigides : «  on a tendance à innover dans les écoles maternelles et primaires et bien peu en secondaire ». Un professeur s’accorde avec « la parente d’élève » sur le gigantisme des collèges : « il faudrait de petits établissements » ; « mais lorsque j’étais professeur, malgré l’établissement Pailleron dans lequel je travaillais, nous avions innové : crée une agora, peint des fresques ; dans l’éducation nationale, il y a aussi beaucoup d’initiatives , de créations ».

Les échanges portent également sur la nourriture industrielle donnée aux enfants , « un scandale, quand l’approvisionnement local permet de nourrir sainement les jeunes ».

Un petit garçon se promène sur la bâche de l’école rêvée et positionne des images dans les cercles.

Mr X. estime qu’il est souhaitable de «  brasser les classe d’age et  de permettre les rencontres transgénérationnelles ». l’architecture de l’école rêvée fait penser à la conception de l’école Barthélémy Profit, avec sa circulation, ses rondeurs, des ateliers dédiés.

Un monsieur en sueur, de retour de sa course, évoque l’organisation de l’enseignement en Hollande : plusieurs professeurs,  chaque enfant choisit sa méthode ; les relations entre adultes et jeunes sont « égalitaires ».

Un autre participant demande :  « votre proposition est -elle juste architecturale ? »

Nous répondons que non, pas seulement du moins : nous réfléchissons à l’éducation,à  la pédagogie , au développement de l’enfant , aux relations enfants- adultes. Le groupe de réflexion visionne des films, rencontre des enseignants ou des groupes de réflexion ( exemple : le groupe projet d’école Freinet sur Rochefort), s’informe sur les diverses pédagogies -sans en privilégier une seule -, propose aux enfants et adultes de rêver l’école à partir de la bâche dessinée et des images.

Une discussion entre trois personnes – une personne du groupe école rêvée, une institutrice , une mère de famille porte sur des expériences de médiation par les pairs , de formations à la non violence. Le lieu de l’éducation est pensé comme lieu de respect ( les adultes donnant l’exemple), de reconnaissance des émotions,  « de message clair ». Nous parlons d’ un lieu « dans la nature, comme base d’apprentissage, comme ancrage », un lieu où vivent des animaux,  dans une dynamique intergénérationnelle. L’enseignante aborde les difficultés  éventuelles de heurts entre les valeurs transmises à l’école et les valeurs familiales.Il est donc important d’associer les parents, de créer des lieux de dialogue, d’apprentissage destiné aux adultes. Le lieu est un lieu dédié aux enfants mais il permet le passage permanent vers la société, comme lieu ressource de bien des savoirs.

On nous parle de l’éducation authentique : Lepri voir Blog.

 

 

 

Atelier constituant – 04 mai 2016 – 19h00

Présentations:
-Beaucoup d’habitués des ateliers constituants à La Rochelle.

-Une personne a participé à Nuit debout à Paris.
Explication du contexte : interdiction des constructions en dur, violences
parfois lors des expulsions.

*Structure :*

<–* Conseil Citoyen *(tirage au sort) –>
Assemblée Sénat (élection) <– véto       véto –> Chambre économique et
sociale

Possibilité d’assemblée constituante :

Idées de Marx représentant

2 pouvoirs : *Exécutif :* 1er ministre et président : pouvoir de police

*Législatif :* assemblée et sénat : faire les lois (devraient analyser et
appliquer les lois liées au besoin de la population – ce qui n’est pas
respecté aujourd’hui).

Proposition : mandat unique pour réaliser 1 tâche, pour que les élus
s’investissent pleinement.

[…]

Opposition : Séparation du conseil citoyen des 2 autres corps. Le conseil
citoyen proposerait les lois et les appliquerait, l’assemblée/sénat et la
chambre les ferait voter.

Crainte d’abstention si les votes sont trop fréquents. Comment éviter
l’abstention ?

Proposition : Le vote informatique permettrait-il d’éviter l’abstention de
par sa simplicité ?Sécurisation du vote par informatique : la technique
peut-elle régler les problèmes ? Avis de Bastien sur la sécurité
informatique : cela pourrait être suffisamment sécurisé. Mais les
concepteurs de ces programmes représenteraient un éventuel danger.

Ensuite ressort d’idée du tirage au sort des élus de l’assemblée et du
sénat : cela permettrait d’éviter que des élus puissent utiliser ces mêmes
concepteurs pour truquer les votes.

Mais est-ce que ces élus tirés au sort s’investiront suffisamment ?

On voit que pour qu’une politique avance, elle doit être portée par des
acteurs motivés.

Tirage au sort en complément de l’abstention ; non cumul des
fonctions/mandats dans le temps.

Confirmation/révocation tous les ans. (Exemple : alternance de poutine et
medvedev)

(Que faire de l’exécutif ? Ils sont la pour faire appliquer les lois
normalement.)

Défaut du tirage au sort : une personne du peuple qui se retrouverait
ministre n’aurait que le rôle d’un pantin sans connaissance de pouvoir, se
ferait manger, le ministère dirigerait tout. Au final, ce ne serait pas une
démocratie mais une bureaucratie.

Les personnes qui sont dans le pouvoir font partie de la même « caste »,
fréquentent les mêmes écoles, mêmes restos, hôtels, ont les mêmes réseaux.
Déconnexion des grands élus par rapport à la réalité du terrain. Il
faudrait casser ce système fermé.

Proposition : appliquer une transparence, surveillance des hauts
fonctionnaires.

L’exécutif actuel pose des problèmes car il y a peu de connaissance des
dossier chez les représentants, contrairement à ceux qui s’occupent
réellement des dossiers.

Les représentants sont montés en grade par leurs relations dans les hautes
sphères, comment casser ce cercle ?

Ministres nommés par le parlement. → Porte-parole nommé par les ministres .
Suppression du conseil citoyen tiré au sort.

Question de la justice. Le ministère de la justice ne doit pas se limiter à
l’intendance et au jugement d’accusés ou prisonniers

Le pouvoir et l’information : ORTF, publicité au milieu de l’information.

Le Monde Diplomatique : droit de véto des éditorialistes, bon exemple
d’indépendance(20% des parts)

(Le pouvoir médiatique est un réel pouvoir en soi. Question des
contre-pouvoirs.)

Actionnariat des salariés pour contrôles les entreprises. 50% ou autre, ou
pas ?

Question constitutionnelle ? A voir (limiter les abus de pouvoir)

Empêcher qu’une entité limitée prenne les contrôle sur le nombre.

Ajouter dans la constitution la question de l’économie et de l’information.

Empêcher des compagnies comme Google, facebook, qui centralisent le pouvoir
de l’information, ce qui cause une forme d’oligarchie par l’information.

————————————————————————————————————————

————————————————————————————————————————

Speech de Clément, travaillant à la « caisse de dépôt et consignation »

C’est une institution financière constituée en 1913, et une structure
d’investissement.

Elle a pour but de créer de l’argent à travers des comptes d’épargne et
d’utiliser les dépôts du peuple pour les investissements publics.

120 000 personnes, présence partout dans le monde.

Investissements via logements sociaux au début du 20e siècle.

1945 : intervention pour reconstruire le réseau. Entre, création des
livrets A. Actuellement, transition économique, écologique . 3 domaines
d’action :

-universités

-développement durable

-logement

La caisse de dépôt intervient sur tout les secteurs pas encore gangrenés
par le privé. Missions d’intérêt général. Renouvellement urbain, ramener
les habitants au sein des villes (contestable!).

BPI créée il y a 2 ans pour soutenir les TPE, PME (filiale de la cedec).
Permet d’avoir de la proximité avec les acteurs locaux. 7 millions d’actifs
et 4 millions de retraités sont gérés, avec des mandats publics.

La CDC ne travaille pas seulement dans les secteurs d’intérêt général, mais
aussi dans les secteurs concurrentiels comme le développement de certaines
entreprises.

Ex : Développement des services via « transdev », le « parc astérix »,
stations de ski, etc …

CDC Climat est un autre exemple.

Le CDC s’est beaucoup développé depuis les années 2000 : le président
voulait intégrer l’AFD, diriger directement les entreprises contrôlées par
l’état. Gagner de l’argent pour le ré-investir, dans une logique
« d’intérêt général ». Présente dans 86000 PME. A 7 milliards à dépenser
entre 2016 et 2019. La cedec doit respecter les aides de l’état et ne pas
en abuser (via europe).

Sous Sarkozy, Rocard et Juppé ont utilisé ça pour mener différents projets
sur le territoire.

2 milliards d’euros par an sont envoyés à l’état, ce sont les bénef de ces
projets.

Atelier Stop TAFTA – Jeudi 05 mai – 18h30

Présentation par des membres du collectif Stop TAFTA.
1er point : suppression des droits de douane  ex : Agriculture (producteurs de lait)

2ème point : suppression barrières non tarifaires : permet de protéger les citoyens et les environnements (OGM, gaz de schiste, droit du travail)

3ème point : jugement des conflits aux tribunaux internationaux par des acteurs privés : suspicion de partialité)

ex : affaire tapie, jugement philip morris contre l’australie (environ 1 milliard de dollars d’«amende»)

aspects prétendus « positifs » sont :

Déréglementation : des banques (ex : subprimes 2008), etc …

problème : soumission des travailleurs aux spéculateurs.

Dernier traité de ce type signé : l’ALENA entre les US et le Canada : 1 million de pertes d’emplois aux US, destruction des conditions de vie et des travail…

Arnaud : alimentation OGM chez 3 millions de consommateurs aux US. Le TAFTA permettrait de généraliser ce type de consommation partout, et d’empêcher les changements par exemple dans la direction d’une alimentation plus saine.

Début du TAFTA: Juillet 2013.

Se méfier des hommes de pouvoir qui apparemment s’opposent au TAFTA dont leurs promesses sont peu convaincantes (ex:Hollande).

Le TAFTA permettrait selon ses défenseurs de tirer les lois vers le haut, mais cela paraît bien mensonger au vu de l’incompatibilité libéralisme mondialisé/production locale.

Attaque des états par les multinationales de manière unilatérale, tous les citoyens seront perdants par le traité. Les gagnants sont l’élite, banquiers et grands dirigeants de groupes.

Le TAFTA serait appliqué au niveau des pays ou groupes de pays, ce qui impliquerait une soumission totale des états. Les communes qui s’opposent au TAFTA n’ont aucune valeurs juridique. Mais cela fait connaître le TAFTA, et on sait que Dracula meurt au grand jour.

Armement :

CETA à peu près identique au TAFTA : risque d’être ratifié par le parlement européen : sauf que c’est entre l’Europe et le Canada. Le Parlement wallon a refusé le traité, mais au niveau de l’Europe ça ne risque pas de changer grand chose à lui tout seul.

1: devant le conseil des ministres européens (conseil obscur)

2 : devant le parlement européen

3: ????

Il y a de forts risques que le conseil européen accepte le traité. Grande difficulté de se procurer le texte. Mais vu qu’il veut le traité, 99% de chance que ça soit voté.

Avant : dans le traité : Décider les normes qui doivent apparaître ou disparaître entre chaque état.

Si il y a un après : Dicter les normes de manière unilatérale par les multinationales.

La pollution va augmenter énormément de par l’augmentation du nombre de transports (bateau container, avions cargo, etc….)

Concurrence et non coopération appliquées actuellement au niveau mondial , ce qui implique que le TAFTA  ne va pas changer cela.

En tant que citoyen, qu’est-ce qu’on peut donc faire ?

Ikéa : ne paye pas d’impôts et surveille ses employés. On leur donnerait énormément d’argent publiquement, si ils s’installent. IL FAUT SIMPLEMENT BOYCOTTER.

Autre exemple : Amazon vs petites bibliothèque : vive le local !

Information : il existe une application s’appelant Amazon Killer, qui apparemment sortirait les liens google vers les librairies locales ou sinon au moins démoniaque.

Seule l’agroécologie permettra de nourrir de manière pérenne les êtres humains. TAFTA= Menace pour la santé publique (+ revoir procès soda au Mexique et Philip Morris VS Australie

Inra a fait une étude pendant 10 ans dans les Vosges. Résultat : intrants chimiques démolissent violemment les sols, et donc la santé par l’alimentation(cycle). Approuvé par Lydia et Claude Bourguignon depuis plus de 30 ans.

[…]

Compte rendu de l’activité Stop TAFTA

1er point : suppression droits de douane

ex : Agriculture (producteurs de lait,

2e pt : suppression barrières non tarifères : permet de protéger les citoyens et les environnements (OGM, gaz de schiste, droit du travail)

3e pt : jugement des conflits aux tribunaux internationaux par des acteurs privés : suspicion de partialité)

ex : affaire tapie, jugement philip morris contre l’australie (environ 1 milliard de dollars d’ « amende »)

aspects prétendus « positifs » sont :

Déréglementation : des banques (ex : subprimes 2008), etc …

problème : soumission des travailleurs aux spéculateurs.

Dernier traité de ce type signé : l’ALENA entre les US et le Canada : 1 million de pertes d’emplois aux US, destruction des conditions de vie et des travail…

Arnaud : alimentation OGM chez 3 millions de consommateurs aux US. Le TAFTA permettrait de généraliser ce type de consommation partout, et d’empêcher les changements par exemple dans la direction d’une alimentation plus saine.

Début du TAFTA: Juillet 2013.

Se méfier des hommes de pouvoir qui apparemment s’opposent au TAFTA dont leurs promesses sont peu convaincantes (ex:Hollande).

Le TAFTA permettrait selon ses défenseurs de tirer les lois vers le haut, mais cela paraît bien mensonger au vu de l’incompatibilité libéralisme mondialisé/production locale.

Attaque des états par les multinationales de manière unilatérale, tous les citoyens seront perdants par le traité. Les gagnants sont l’élite, banquiers et grands dirigeants de groupes.

Le TAFTA serait appliqué au niveau des pays ou groupes de pays, ce qui impliquerait une soumission totale des états. Les communes qui s’opposent au TAFTA n’ont aucune valeurs juridique. Mais cela fait connaître le TAFTA, et on sait que Dracula meurt au grand jour.

Armement :

CETA à peu près identique au TAFTA : risque d’être ratifié par le parlement européen : sauf que c’est entre l’Europe et le Canada. Le Parlement wallon a refusé le traité, mais au niveau de l’Europe ça ne risque pas de changer grand chose à lui tout seul.

1: devant le conseil des ministres européens (conseil obscur)

2 : devant le parlement européen

3: ????

Il y a de forts risques que le conseil européen accepte le traité. Grande difficulté de se procurer le texte. Mais vu qu’il veut le traité, 99% de chance que ça soit voté.

Avant : dans le traité : Décider les normes qui doivent apparaître ou disparaître entre chaque état.

Si il y a un après : Dicter les normes de manière unilatérale par les multinationales.

La pollution va augmenter énormément de par l’augmentation du nombre de transports (bateau container, avions cargo, etc….)

Concurrence et non coopération appliquées actuellement au niveau mondial , ce qui implique que le TAFTA  ne va pas changer cela.

En tant que citoyen, qu’est-ce qu’on peut donc faire ?

Ikéa : ne paye pas d’impôts et surveille ses employés. On leur donnerait énormément d’argent publiquement, si ils s’installent. IL FAUT SIMPLEMENT BOYCOTTER.

Autre exemple : Amazon vs petites bibliothèque : vive le local !

Information : il existe une application s’appelant Amazon Killer, qui apparemment sortirait les liens google vers les librairies locales ou sinon au moins démoniaque.

Seule l’agroécologie permettra de nourrir de manière pérenne les êtres humains. TAFTA= Menace pour la santé publique (+ revoir procès soda au Mexique et Philip Morris VS Australie

Inra a fait une étude pendant 10 ans dans les Vosges. Résultat : intrants chimiques démolissent violemment les sols, et donc la santé par l’alimentation(cycle). Approuvé par Lydia et Claude Bourguignon depuis plus de 30 ans.

[…]

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑