→ Jeu de rôle autour de la non-violence lors d’un exercice de résistance face aux forces de l’ordre.
Le jeu est composé de deux équipes, la première étant les militants, l’autre les forces de l’ordre. L’objectif est pour les militants de protéger un espace ( la surface d’un tapis ) sans utiliser la violence. Pour la police, le but est de les sortir de la zone le plus vite possible, maximum 30 minutes.

→ Les militants bénéficient d’un temps de préparation où ils vont élaborer un plan ( mêlée des corps au sol, accrochage avec des cordes.. )

→ C’est parti ! L’équipe de militants a décidé de se tenir au sol autour d’une table, deux d’entre eux sont chargés de parler aux forces de l’ordre pour les retarder. Ils discutent, rigolent et tentent de les déconcentrer. Mais au bout de 5 minutes, les forces de l’ordre prennent les choses en main et commencent à charger sur le tas de militants. La confrontation dure 10 à 15 minutes, tous sont embarqués au commissariat.

Les parties s’enchaînent, essayant toujours une tactique différente. Ça ne marche pas forcement mais tout le monde rigole beaucoup.

Après cette session de force ( car tout le monde est très essoufflé, preuve de la force physique que requiert le militantisme ! ), on commence les interrogatoires de garde à vue. Tout le monde y passe, Guigui ayant pris le rôle de l’interrogateur.
Demande d’avocat, il défend son client comme il peut face aux accusations. Une mère et sa fille jouent sur le manque de connaissances juridiques de la police.

Nous terminons l’atelier en offrant un café à tout le monde.

Publicités